Que faire contre les nuisances sonores ?

Quelques astuces contre les nuisances sonores.

La lutte contre le bruit à l’intérieur de la maison est relativement complexe. Le bruit traverse les parois, s’insinue par les défauts d’étanchéité, résonne dans les murs… Il faut bien souvent cumuler les dispositifs pour parvenir à le dompter mais attention à la ventilation du logement, l’amélioration acoustique ne doit pas se faire au détriment de la qualité de l’air intérieur.

1/ Poser un faux plafond pour réduire les bruits du dessus

Les bruits d’impact en provenance du dessus sont parmi les plus stressants. Le son passe par le plafond mais se propage également dans les murs. L’installation d’un faux-plafond améliore considérablement la situation, à condition de pouvoir supporter une perte de hauteur d’environ 13 à 15 cm.

Posez une ossature métallique, un isolant fibreux, puis des plaques de plâtre spéciales pour isolation acoustique. Vous obtiendrez un bien meilleur résultat si votre faux plafond est désolidarisé du plafond, soit par l’usage de suspentes anti-vibratiles soit en utilisant une ossature de longue portée, posée de mur à mur.

Ce système règle le problème de transmission directe et vous fait gagner environ 25 décibels.

 

2/ Isoler les murs intérieurs pour bloquer la transmission sonore

Pour habiller les murs existants et bloquer la transmission directe, vous avez le choix entre plusieurs techniques. La peinture anti-bruit existe. Elle se pose sur sa sous-couche insonorisante, pour une réduction de 3 à 15 dB. Vous pouvez aussi opter pour des plaques phoniques minces (50 mm), prêtes à poser. Le gain acoustique sera d’environ 15 dB. Pour réduire encore plus le bruit, sur un mur mitoyen par exemple, optez pour un doublage sur ossature métallique. Vous poserez deux plaques de plâtre autour d’une laine minérale. L’épaisseur finale sera d’environ 70 mm et le gain acoustique de l’ordre de 20 dB.

Vous pouvez également poser un isolant et monter une contre-cloison, en briques ou en carreaux de plâtre. Pour ne pas transmettre le bruit, la contre-cloison doit être désolidarisée du mur existant.

 

3/ Remplacer les fenêtres pour faire barrage aux bruits extérieurs

Des fenêtres neuves et performantes sont votre meilleur rempart contre les bruits extérieurs, de circulation et d’activités humaines. Afin de bien choisir votre nouvelle fenêtre, sachez que l’isolation phonique est meilleure si les deux vitrages qui composent un double vitrage sont d’épaisseurs différentes car c’est la différence des deux masses qui isole du bruit.

Le résultat est encore amélioré avec un vitrage à isolation renforcée dont l’un des deux verres est feuilleté, c’est l’idéal thermique et phonique.

Le type d’ouverture a aussi un impact sur l’acoustique. Préférez un ouvrant à la française, plus étanche à l’air qu’un coulissant.

Enfin, si vous hésitez entre deux fenêtres, regardez leur classement AC (Acotherm). Il indique la capacité de la fenêtre à affaiblir le bruit extérieur : de AC1 à AC4 (pour les plus performantes). Avec une fenêtre classée AC3, les bruits routiers seront réduits d’environ 36 décibels (dB), c’est considérable.

 

4/ Améliorer l’étanchéité des anciennes fenêtres

Si vous ne pouvez pas changer vos fenêtres, il faut améliorer leur étanchéité à l’air pour empêcher le bruit de passer. Pour cela, changez les joints. Les joints en caoutchouc sont efficaces et très faciles à poser, ce sont des bandes adhésives. Le silicone se présente en cartouche et s’applique au pistolet. La pose est à peine plus compliquée. Les joints se posent sur le dormant de la fenêtre. Ils sont pratiques, efficaces mais pas forcément très esthétiques. Aussi, au niveau de l’appui de fenêtre, posez-les plutôt sous les ouvrants, ils seront plus discrets. Profitez-en pour isoler également les coffres de volets roulants à l’aide de joints.

 

5/ Installer des entrées d’air acoustiques

Un des principes de la lutte anti-bruit est de rendre tout plus étanche : fenêtres, portes, coffres de volets roulants. Si l’air ne passe pas, le bruit ne passe pas. Pour autant, il est impératif de maintenir une bonne ventilation du logement, qui assure le renouvellement de l’air intérieur. Le bon compromis existe avec les entrées d’air acoustiques. Pour les VMC, les extracteurs individuels, les caissons de volets roulants ou même une pose sur maçonnerie, choisissez des entrées d’air dites acoustiques ou équipées de silencieux acoustiques. Vous aurez l’air neuf, pas le bruit.

 

6/ Calfeutrer la porte d’entrée

Si vous le pouvez, remplacez-la par une porte blindée, sinon calfeutrez-là. Le rideau anti-bruit est une première solution, il est composé de plusieurs épaisseurs de tissus lourds et atténue les nuisances d’environ 20 décibels.Veillez à ce qu’il couvre bien et même  » déborde  » de votre porte.

Puis, installez des joints autour de la porte ainsi qu’un joint balai en bas de porte, vous devez avoir le moins d’espace possible. Vous pouvez également capitonner votre porte, comme le font certains médecins, il existe des kits de capitonnage prêt-à-poser.

 

7/ Poser tapis, moquette et sous-couche pour parquet flottant pour absorber les sons

Pour réduire la propagation du bruit par le sol, installez tapis ou moquette. Un tapis de grande taille atténue la transmission sonore d’environ 10 décibels, une moquette épaisse de 20 dB. Pensez également aux sous-couches résilientes sous les parquets flottants. Évitez de poser vos enceintes hi-fi directement sur le sol, utilisez de préférence des supports ou de petits meubles dont vous aurez équipé les pieds de patins en caoutchouc.

CTM Rénovation courtier en travaux se charge de vos devis de:
– Couverture et d’Etanchéité
– Électricité
– Gros œuvre et Carrelage
– Isolation et Plâtrerie
– Menuiseries extérieures
– Plomberie et Chauffage
– Rénovation partielle ou complète

Sur le même thème :